Dépistage de la dépression ()

Voir la publication d'origine

Résumé des recommandations pour les cliniciens et les responsables des politiques

Les recommandations s’appliquent au dépistage de la dépression chez les adultes (à partir de 18 ans) qui se présentent dans un établissement de soins de santé de première ligne sans aucun symptôme manifeste de dépression. Elles ne s’appliquent pas aux personnes souffrant d’une dépression connue, ayant des antécédents de dépression ou en traitement pour une dépression.

Recommandations pour adultes

  • Pour les adultes qui courent un risque moyen de dépression,1 nous ne recommandons pas le dépistage systématique de la dépression.


    1.  

    (Recommandation faible; données probantes de très faible qualité)
  • Pour les adultes des sous-groupes de la population pouvant être à risque accru de la dépression,1 nous ne recommandons pas le dépistage systématique de la dépression2.


    1.  

    2.  

    (Recommandation faible, données probantes de très faible qualité)

Appui

Cette ligne directrice a reçu l’appui du Collège des médecins de famille du Canada.

Notes

  1. La population à risque moyen: comprend les personnes âgées de 18 ans et plus, sans symptômes manifestes de dépression, qui ne sont pas considérées comme exposées à un risque élevé.

  2. Les sous-groupes de la population susceptibles de présenter un risque accru de dépression comprennent: les personnes ayant des antécédents familiaux de dépression, ayant vécu des expériences traumatiques dans l’enfance, ayant vécu des événements de la vie traumatiques récents, ayant des problèmes de santé chroniques, ayant des problèmes liés à l’abus de substances, étant en période périnatale ou post-partum et les personnes d’origine autochtone.

  3. Les cliniciens devraient considérer la possibilité d’une dépression, surtout chez les patients qui présentent des caractéristiques pouvant accroître le risque de dépression, et en faire le suivi lorsqu’il y a des indices cliniques, telles que: l’insomnie, le moral bas, l’anhédonie et les idées suicidaires.