Diabète de type 2 (2012)

    Ligne directrice

    Cliquez ici pour voir l'article

    Outils

    Documents additionnels

    Cliquez ici pour voir les documents additionnels

    Appui

    College of Family Physicians of Canada

    Cette ligne directrice a reçu l’appui du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC).

    Calculate by QxMD

    Cette ligne directrice et outil(s) sont disponibles sur QxMD. Cliquez ici pour télécharger l'application.

    Mise à jour des lignes directrices

    Les lignes directrices ont été mises à jour afin d’intégrer les données probantes d’un grand essai randomisé contrôlé publié le 4 octobre 2012, deux semaines avant la version imprimée de nos recommandations. Quoique la version électronique des lignes directrices du Groupe d'étude canadien, disponible sur le site web du Journal de l’Association médicale canadienne (CMAJ), ait été corrigée, la version inclue dans le CMAJ du 16 octobre 2012 était déjà sous presse lorsque le nouvel essai a été publié et est périmée.

    Un tiré à part corrigé a été posté aux abonnés du CMAJ le 6 novembre 2012.

    Résumé des recommandations pour les cliniciens et les responsables des politiques

    Les recommandations concernent le dépistage du diabète de type 2 chez les adultes asymptomatiques. Elles ne s’appliquent pas aux personnes qui présentent des symptômes du diabète ou à celles à risque de développer le diabète de type 1.

    Le Groupe d'étude canadien continuera de surveiller de près les développements scientifiques en matière de dépistage du diabète et, dans les 5 ans à venir, fera part de ses réflexions aux Canadiens en publiant une mise à jour des lignes directrices de 2012.

     

    Recommandations

    • Pour les adultes présentant un risque de diabète faible à modéré (lequel est déterminé à l’aide d’un calculateur de risque validé1 2), nous recommandons de ne pas effectuer le dépistage systématique du diabète de type 2.
      (Recommandation faible; données probantes de faible qualité)
    • Pour les adultes présentant un risque de diabète élevé (lequel est déterminé à l’aide d’un calculateur de risque validé1 2), nous recommandons le dépistage systématique tous les 3–5 ans à l’aide du test sanguin A1C3.
      (Recommandation faible; données probantes de faible qualité)
    • Pour les adultes présentant un risque de diabète très élevé (lequel est déterminé à l’aide d’un calculateur de risque validé1 2), nous recommandons le dépistage systématique chaque année à l’aide du test sanguin A1C3.
      (Recommandation faible; données probantes de faible qualité)

    Documents additionnels

    NOTES

    1. Calcul du risque de développer le diabète sur 10 ans:
      Faible risque:
      1 ÷ 100 à 1 ÷ 25 = 1% à 4%
      Risque modéré:
      1 ÷ 6 = 17%
      Risque élevé:
      1 ÷ 3 = 33%
      Risque très élevé:
      1 ÷ 2 = 50%
      Pour les adultes de ≥ 18 ans, nous recommandons de calculer le risque au moins une fois tous les 3-5 ans (lorsque des facteurs de risque sont présents (ex. obésité & hypertension artérielle).
    2. Le questionnaire FINDRISC (Finnish Diabetes Risk Score) a été sélectionné comme étant le calculateur de risque validé de premier choix, mais le questionnaire CANRISK (Canadian Diabetes Risk Assessment Questionnaire) est une deuxième option. Les facteurs pris en compte dans ces deux questionnaires comprennent l’âge, l’obésité, les antécédents de niveau de glycémie élevé, les antécédents d’hypertension, les antécédents familiaux de diabète, les faibles niveaux d’activité et la consommation limitée de fruits et de légumes. On peut accéder au questionnaire CANRISK via le site Web du Groupe d'étude canadien ou sur le site Web de l’ASPC
    3. Le test sanguin de l’hémoglobine A1C a été sélectionné comme étant celui de premier choix, mais la mesure de la glycémie à jeun et le test de tolérance au glucose sont considérés comme d’autres options acceptables. Une mesure de l’hémoglobine A1C de 6,5 % ou plus est la valeur limite recommandée pour un diagnostic de diabète, mais une valeur inférieure à 6,5 % n’exclut pas un diabète diagnostiqué au moyen de tests de glycémie. L’hémoglobine A1C devrait être mesurée à l’aide d’un dosage normalisé et validé.