Hépatite C (2017)

    Ligne directrice

    Cliquez ici pour voir l'article

    Outils

    Documents additionnels

    Cliquez ici pour voir les documents additionnels

    Appui

    Cette ligne directrice de pratique clinique a été approuvée par l’Association des infirmières et infirmiers praticiens du Canada (AIIPC).

    Résumé des recommandations pour les cliniciens et les responsables des politiques

    Cette recommandation s’applique aux adultes asymptomatiques qui ne présentent pas un risque élevé d’hépatite C.

    Elle ne s’applique pas aux femmes enceintes ou aux adultes à risque élevé d’hépatite C, incluant les individus utilisant actuellement ou ayant des antécédents d’utilisation de drogues injectables, les individus ayant  été incarcérés, les immigrants de régions où l’hépatite C est endémique, les individus ayant reçu des soins de santé à un endroit où les précautions universelles sont inadéquates, les individus qui ont reçu une transfusion sanguine, des produits du sang ou une greffe d’organe avant 1992 au Canada, les patients hémodialysés, les individus ayant été blessés par une seringue ou les individus exposés à d’autres facteurs de risque parfois associés à l’exposition au VHC.

    Le GÉCSSP base ses recommandations sur l’équilibre général entre les bénéfices possibles et les inconvénients du dépistage, sur les préférences et les valeurs des patients reliées au dépistage ainsi que sur les considérations reliées à la faisabilité, à l’acceptabilité, à l’utilisation des ressources et à l’équité.

    Le GÉCSSP continuera de surveiller de près les développements scientifiques et politiques reliés au dépistage et à l’accès des patients au traitement au Canada.

     

    Recommandation

    • Nous ne recommandons pas le dépistage du VHC chez les adultes qui ne sont pas à risque élevé.
      (Recommandation forte, données probantes de très faible qualité)

    Aller à la barre d’outils